Société

Pokémon : du phénomène de mode au phénomène de société

Pokémon est une licence japonaise à l’origine de jeux vidéo, qui s’est ensuite développée en série télévisée animée, en film, en carte à collectionner, en carte à jouer et en plein d’autres produits dérivés. Pokémon est également le nom des espèces de monstre que les personnes peuvent attraper. La plus célèbre créature est Pikachu, une sorte de souris jaune qui peut lancer des attaques électriques (il fera l’objet d’un prochain article).

Fin des années 1990, Pokémon apparaît dans le paysage. Au Japon, dès 1996, les jeux vidéo Pokémon version rouge et Pokémon version verte sortent. Tandis qu’à l’origine, Pokémon devait ne compter que quatre jeux (Rouge, Vert, Or et Argent), les développeurs ont lancé Pokémon version bleu (d’abord en édition limité, puis à la vente) et ensuite Pokémon version jaune : version inspirée de la série télévisée animée Pokémon. Tandis que les jeux devaient, à l’origine, se cantonner au Japon, ceux-ci sont rapidement exportés, repoussant une nouvelle fois les jeux Or et Argent. Ainsi, les jeux Pokémon Rouge et Bleu, puis Jaune arrivent en Occident. Les ventes de jeux s’enchaînent (à son époque, ils deviennent la deuxième meilleure vente de jeu vidéo derrière Super Mario Bros.), la série télévisée est populaire, le premier film rapporte 163 millions de dollars.

À cette époque, dans les médias, comme L’Express avait publié un article de Jacques Attali (l’homme qui a fait la réforme territoriale pour Sarkozy) où il comparait les Pokémon à des dieux. Ils sont vénérés par les enfants. C’était l’époque que la presse appelait la « Pokémania », les enfants allaient même jusqu’à se battre dans la cour de récréation pour une carte de jeu. Tout le secteur du jeu croyait qu’après ce que les habitués des jeux appellent la « première génération », la série allait décroître puis s’éteindre ; à la manière du cycle de vie des buzz marketing.

Pourtant s’en suivent Pokémon Or, Argent, Cristal, Rubis, Saphir, Rouge Feu, Vert Feuille, Émeraude, Diamant, Perle, Platine, Or HeartGold, Argent SoulSilver, Noir, Blanc, Noir 2, Blanc 2, X et Y. Les rééditions de Pokémon Rubis et Saphir sous le nom de Pokémon Rubis Oméga et Saphir Alpha sont prévus pour novembre de cette année. La série télévisée animée en est à sa dix-septième saison. Ainsi depuis sa création jusqu’en 2010, selon Jesse Schell dans son ouvrage L’Art du game design, la licence engendre quinze milliards d’euros, soit la seconde licence la plus rentable derrière Mario. Rien qu’en France, en fonction des années, la licence rapporte un chiffre d’affaires entre 40 et 90 millions d’euros. En ce milieu de 2014, la page Facebook de Pokémon compte presque six millions de fans, quelques quatre cent mille abonnés sur Twitter et Youtube (en anglais, la page Pokémon en français en compte six mille). Lors de la sortie des jeux, ce n’est plus uniquement les magazines de jeux vidéo qui en font la promotion, mais également des médias plus « matures » comme Le Monde ou L’Express. L’été dernier, un candidat du Front national à la mairie de Saint-Nazaire s’est fait remarqué car il était champion du jeu de cartes Pokémon. La licence a donc su tenir la distance grâce à sa stratégie de communication, en visant un public plus mature et plus connecté (voir Vendre des jeux vidéo Pokémon : un jeu pas si enfantin). Les publicités télévisuelles ont également envoyé un signal vers ces personnes (voir Pokémon : une publicité mature pour un public mature).

La licence s’est également faite parodié et eu des hommages. L’hommage le plus récent et le plus populaire est Twitch Plays Pokémon (TPP). Une expérience sociale selon son concepteur : dans la barre de discussion, les personnes peuvent interagir avec le jeu. Après deux semaines, le premier jeu, Pokémon Rouge, compte 36 millions de vues et 1,1 million de joueurs. Contrairement aux jeux Pokémon qui sont tirés, l’expérience n’a pas réellement su conserver ses fidèles du premier jeu par la suite. Ce n’est bien sûr pas le seul et unique hommage, il y a eu également Pokémon Apokélyste, une bande annonce pour un film Pokémon sombre en live fictif .Ce ne sont pas les deux seuls hommages, je ne peux pas toutes les citer mais il existe :  le Joueur du Grenier, Smosh, Les Simpsons, South Park, Random Encounters, Screen Team, Lindsey Stirling, le Point Culture et d’autres dont j’ai pu oublier.

Et vous ? Y avez vous joué ? Jouez-vous encore avec ? Trouvez-vous les jeux ringards ou au contraire ils sont force d’apprentissage ? Dîtes-moi tout ce que vous voulez.

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Pokémon : du phénomène de mode au phénomène de société

  1. Pingback: Ralentissement de la production | Société de Thibault

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s