Politique

Remaniement : la valse du gouvernement Valls

Ce lundi 25 août 2014, au matin, un coup de théâtre a lieu au sein du gouvernement : le premier ministre Manuel Valls en déclare la démission. Normalement, l’homme est reconduit dans sa même fonction.

Pour le reste, c’est un peu plus hasardeux. Hamon et Montebourg ont tiré à boulets rouges sur le gouvernement en mettant en cause la direction ; ils sont contre le non-changement de cap du président de la République et du premier ministre. D’autres comme Taubira s’étaient fait remarquer durant le gouvernement Ayrault et ont finalement été conservés. Filippetti n’est pas candidate à sa propre succession en expliquant choisir « la loyauté à [s]es idéaux ». Maintenant que le président de la République François Hollande est célibataire et n’a plus comme compagne Trierwieler, il pourra conserver son ancienne compagne Ségolène Royal en tant que ministre. Il devrait sûrement garder son autre ami de la promotion Voltaire à l’ENA, Michel Sapin. Même incompétents, autant garder proche ses amis. Ce sont les ministres qui ont été le plus entendu, d’autres comme Fabius ou Touraine ont été plus silencieux.

Du fait de la parité, le gouvernement devra être composé à moitié d’hommes et à moitié de femmes (même s’ils sont incompétents hommes comme femmes). Ainsi, si le nombre de frondeurs est trop nombreux d’un côté, il sera obligé de trouver du sang neuf ou alors encore plus réduire son nombre de ministres. Rappelons que les gouvernements Ayrault ont été composés de 19 femmes et 19 hommes, soit 38 ministres ; le (premier) gouvernement Valls de seize ministres (huit-huit). Vont-ils encore réduire ? Est-ce encore possible ? Ainsi, va-t-il chercher les vieux éléphants, je pense en particulier à Delanoé ou Aubry, ou alors faire appel à des « jeunes » trentenaires ou quarantenaires, plutôt connus dans leurs circonscriptions locales, mais soutenant Hollande ?

Ensuite, il restera l’Assemblée à convaincre. Les frondeurs socialistes avaient déjà été lors de la première nomination de Valls très en colère. Il avait quand même eu 307 voix pour, 237 contre et 26 abstentions. Tu parles de frondeurs ? Ils ont plutôt envie de garder leur poste. Imagine, si Valls n’est pas reconduit car l’Assemblée ne donne pas sa confiance. Hollande sera soit obligé de modifier son gouvernement, soit dissoudre l’Assemblée. Et s’il dissout l’Assemblée, vu la côte de popularité du gouvernement, de la gauche et d’Hollande, et vu également les défaites pour les élections municipales et européennes, l’Assemblée risque de se bleuir et là, le gouvernement devra être de droite. Ce serait une première cohabitation depuis le passage du septennat au quinquennat du Président de la République.

Publicités
Par défaut

3 réflexions sur “Remaniement : la valse du gouvernement Valls

  1. Pingback: Rythmes scolaires : tout le monde doit suivre la cadence | Société de Thibault

  2. Pingback: La folle semaine politique | Société de Thibault

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s